Exergue d’une revue

            Les Cahiers de Poétique Tactique est une revue qui réinvente la critique. « Critiquer » se dit en plusieurs sens. Le laconisme de l’Encyclopédie nous en fait voir l’essentiel : « Critique, Censure. (Synonymes.) ». Au XIX° siècle, c’était encore ce à quoi croyait Limayrac : « N’est-ce pas, en effet, la critique qui est appelée à maintenir l’ordre dans ce pays de l’imagination où les troubles pénètrent si facilement, et où, pour un grand et véritable révolutionnaire qui apparaît de loin en loin, on rencontre à chaque coin de rue des centaines d’émeutiers ? »[1] La Poétique tactique se situe aux antipodes de cette hypothèse policière. Elle se promet de fournir les moyens à une critique émeutière. Schlegel et Novalis – parce que le romantisme allemand est la source des avant-gardes – appelaient « critique poétique », « positive » ou encore « immanente » une critique non-censoriale, pensée comme une « sorte d’expérimentation faite sur l’œuvre d’art »[2]. Walter Benjamin nommait « observation magique » une telle expérimentation. La Poétique tactique reprend à son compte l’idée d’une telle magie. Seulement, elle la dramatise dans le sens des belligérances. En 1500, l’auteur anonyme du Kaf Ha-Ketoreth – un commentaire kabbalistique des Psaumes – eut une illumination méthodologique. Les Psaumes ne devaient pas rester lettre morte et nullité. Le kabbaliste leur découvrait une fonction : « servir d’armes magiques (…) dans le combat final » qui opposerait le peuple juif à ses ennemis.[3] Pouvoir convertir en arme magique toute œuvre qui lui tombe sous la main, voilà ce à quoi prétend la Poétique tactique. Que toute œuvre puisse se présenter comme l’arsenal éventuel de nos guerroiements futurs est le sens qu’elle donne à son observation magique. Ce sens n’est pas seulement apocalyptique et mystique. Michaux, par exemple, définit lui aussi le poème comme « poème de délivrance ». Il y voit lui aussi quelque chose comme une arme, un « exorcisme par ruse » dont la raison d’être est de « tenir en échec les puissances environnantes du monde hostile ». Il ajoute que les rêves, les pensées et les systèmes de philosophie « furent surtout exorcisant qui se croyaient tout autre chose ». On l’aura compris, la Poétique tactique n’est pas une critique, elle est un exorcisme. Sa tâche est de forger des armes. Elle a pour objet la puissance, au sens que lui confère Sun Tzu : « par le mot de puissance il ne faut pas entendre ici domination, mais cette faculté qui fait qu’on peut réduire en acte tout ce qu’on se propose. » Sa vision de la victoire ne consiste qu’à laisser être et rendre puissant. Elle fabrique des stratagèmes dans ce but. Ce but, certains le nomment Paradis, d’autres Utopie ; nous, reprenant Husserl, nous l’appelons « forme axiologique suprême de la communauté ».

Plan du t. 1

Règles de la Poétique tactique

Introduction à la Poétique tactique

Un sous-commandant

Essais de Poétique tactique

• Littérature

  • Jack London
  • Michaux
  • Dostoïevski
  • K. Dick
  • Volodine
  • Lawrence

• Cinéma

  • Mad Max
  • Snowpiercer
  • Le Caire Confidentiel

Traductions


[1] Paulin Limayrac, « Simples essais d’histoire littéraire : De l’esprit critique en France. », Revue des Deux Mondes, t. 19, 1847 (909-924)

[2] Walter Benjamin, Le concept de critique, 105, 112, 113

[3] Scholem (Gershom), Les grands courants de la mystique juive, Payot, 1994, p. 270



Citer ce billet
B (2021, 28 janvier). Exergue d’une revue. Maints tenants. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.