Présentation exotérique à GSB

Présentation exotérique à GSB

Le 2.11.19,

Je vais présenter ici, de la manière la plus exotérique qu’il soit, mon projet philosophique général dont vous êtes le premier destinataire en même temps que le cadre universitaire. Le mieux est, afin de m’opposer aux tendances à l’emploi d’un langage approximatif et cryptique qui caractérisent mon écriture habituelle, d’en donner une image systématique à la manière dont j’en parle au quotidien avec mes ami.es, ma compagne et ma mère. Malgré la phrase précédente, j’éviterai les enchâssements syntaxiques et me contenterai, autant qu’il m’est possible, de courts énoncés.

Ϡ

L’image de mon postulat philosophique général est tracée au fond d’un gouffre vertical sous la forme d’une fresque pariétale magdalénienne que les préhistoriens nomment « La scène du Puits de Lascaux ». On y voit une silhouette anthropomorphe à tête d’oiseau, renversée en arrière, les bras tendus, son sexe ithyphallique dressé. Devant lui : un bison furieux déverse ses entrailles qu’un coup de sagaie a répandu. Derrière lui : un rhinocéros semble s’éloigner de la scène. Notre postulat philosophique est déposé dans cette image à travers l’un des points de vue possible porté sur la scène. L’abbé Breuil n’y voit qu’une allégorie dramatique de la lutte entre le bovidé et le pachyderme, où la présence de l’homme rigide ne serait explicable que par le hasard. Il n’y perçoit en somme qu’unaccident de chasse. Leroi-Gourhan, lui, tente d’y déceler des analogies symboliques sexualisées (blessure = vulve, sagaie = phallus), il y voit l’expression secrète du désir. Enfin Kirschner y décèle une transe extatique chamanique analogue aux transes sibériennes. Pour nous, le point de vue adéquat sur cette image est en même temps le point de vue que nous voulons adopter sur l’histoire de la philosophie. Ce point de vue est formulé par G. Charrière (« La scène du puits de Lascaux ou le thème « de la mort simulée », Revue de l’histoire des religions / 1968). Selon lui, nous avons affaire, dans un langage pictural ou idéographique préhistorien, à l’exposition d’une technique cynégétique – la technique propre aux oiseaux, à certains mammifères et aux insectes de « la mort simulée ».

Cette lecture nous apprend en général ceci : face aux images et aux textes, un point de vue neuf peut être envisagé. Si la scène n’est ni l’expression d’un élément rituel religieux, ni le codage d’un élément désirant, ni la description d’un simple incident de chasse mais l’exposé d’une grammaire cynégétique, la scène n’a pas été produite pour exprimer, crypter ou décrire mais pour enseigner et transmettre. La scène est le support d’une didactique magdalénienne configurée pour le succès de la chasse. Non pas l’allégorie d’un drame ou l’expression d’un rite mais l’allégorie didactique d’un stratagème. Du côté de notre postulat philosophique général, cette image énonce : les textes du passé nous transmettent la mémoire non d’idées ou de vérités mais de stratagèmes et de tactiques des luttes ordinaires et extra-ordinaires dont la philosophie se doit de devenir l’encyclopédie et le manuel.

Ϡ

Je vais maintenant expliciter la structure de cette nouvelle manière de percevoir l’usage de la philosophie et la portée de ses enquêtes. Le plus simple est de partir de l’élucidation du titre. Le titre, le voici :

Ϡ

Maints tenants

Discipline de la raison tactique

Pour une médecine performative des formes-de-vie

Le symbole Ϡ est un caractère désuet du grec ancien, le sumpi, signifiant neuf-cent. Il s’agit d’une transformation du π. Il symbolise pour moi le conatus, l’effort contrarié par lequel chaque être cherche à s’en sortir. Il peut être perçu comme un signe éventuel de l’affirmation. Neuf-cent est un chiffre qui renvoie secrètement à Mille plateaux et énonce : un peu en-deçà des milles plateaux théoriques s’agitent les neufs-cent stratagèmes tactiques du présent.

Élucidation de « Maints tenants »

*3. [Corresp. à tenir 1reSection III B 1 b et IV a; à propos d’une pers.] HIST. Chevalier qui, dans un tournoi, entreprenait de tenir le champ ou le pas d’armes contre tout assaillant. Les tenants [des tournois chevaleresques] font publier par les cours voisines que tel jour en tel lieu ils se tiendront à la disposition de ceux qui voudront jouter contre eux (Prunières, Ballet cour Fr., 1914, p. 18).

« Maints tenants » est la concaténation métaphorique du postulat fondamental de cet autre rapport à la philosophie que je proposer de déployer, entre autre, dans mon travail de thèse. « Maints » signifie beaucoup, nombreux. « Maints tenants » signifie : nous postulons d’abord qu’il existe de nombreux tenants, une multiplicité et diversité de voies, de méthodes et, plus généralement, de moyens. « Tenants » signifie : ce part quoi l’on tient quelque chose, ce par quoi on peut manoeuvrer, le médium ou moyen en général, l’outil, l’instrument. « Tenant » réfère aussi à l’expression juridique « tenants et aboutissants », soit : la continuité d’un sol ou d’un territoire, sa superficie saisie d’un seul bloc.

Enfin, dans les tournois médiévaux, « tenant » était le nom du chevalier qui se proposait de tenir dans l’arène contre tout adversaire.

Le sens de « Maints tenants » s’alimente à cette polysémie :
1. On y déchiffre d’abord l’axiome d’existence selon lequel : il existe une multiplicité de moyens tactiques par lesquels s’en sortir.

2. Mais aussi, on y énonce l’objet principal de nos recherches : car l’objet de la philosophie sera, justement, ces « maints tenants », ces myriades dialectiques de moyens, que nous appellerons les « multiplicités tactiques ».

3. Par suite, on y pose un postulat cardinal : les fins se déduisent des moyens ou toute forme de vie se déduit d’une forme de guerre ou la communauté parfaite est l’effet conspirant de l’exercice de techniques adéquates.

Ce postulat énonce en général que le transcendantal de toute vision de la victoire n’est jamais que la pragmatique vernaculaire qui la sous-tend. Ou encore : d’une encyclopédie des stratagèmes une « déduction instrumentale » de la forme axiologique suprême de la communauté est possible. « Instrumentale » sera la déduction, et non transcendantale, puisqu’elle tire de l’expérimentation des disciplines et exercices de la rationalité tactique, la forme au moins négative de la communauté la meilleure.

Enfin, « maints tenants » est aussi un jeu de mots qui affirme un certain régime de temporalité. Le point de vue porté sur les moyens est en même temps un point de vue qui situe toute lutte dans une politique du présent. Seule une exposition des techniques de lutte et non des fins idéales peut ramener la pensée philosophique à la manoeuvre du présent et à l’élément rédempteur de l’action. Les maints tenants sont ce par quoi nous parvenons à reconquérir la présence dont la perte est de l’ordre du désoeuvrement et non du désenchantement. Les maints tenants ouvrent au maintenant des luttes.

« Discipline de la raison tactique »

La critique de la raison pure kantienne s’avère, selon le Canon, une discipline. Une discipline de l’usage de la raison ou discipline de la raison dans ses divers usages (dogmatiques, polémiques, hypothétiques, démonstratifs). Or, il n’y a pas lieu de « dépasser Kant » pour faire « avancer » la philosophie. Un renouveau de la praxis philosophique n’est souvent que l’affirmation d’une nouvelle manière de manoeuvrer avec le langage – c’est-à-dire la position d’une nouvel usage de la raison. Notre projet, ici, consiste à réformer, à partir de la Critique, notre point de vue ordinaire sur la forme de la rationalité. Nous ferons valoir un nouveau concept de la raison ni théorique ni pratique mais de part en part tactique.

La raison tactique ne peut être décrite que du point de vue de la raison théorique. Elle lui apparaît, du point de vue de ses objets, comme n’ayant affaire ni à des noumènes ni à des phénomènes. Ce que vise la raison tactique est, du point de vue ontologique général, ce que j’appelle une « multiplicité tactique ». Cet objet n’est ni nouménal ni phénoménal en ce qu’il ne se rend visible et intelligible que comme schème d’opérations émancipatrices. À la manière de l’usage critique de la rationalité, la rationalité tactique a pour objet un transcendantal. Ce transcendantal est immanent à l’agir ainsi qu’à la pensée, de même que l’entendement est immanent à l’expérience empirique : le transcendantal de la raison tactique est le schème qui donne à voir logiquement la multiplicité tactique inhérente à un phénomène émancipant.

Du point de vue méthodologique (et non plus ontologique critique) la raison tactique implique un nouveau régime d’énoncés. La distinction cardinale entre les énoncés depuis au moins Platon est celle que Bachelard a opérée entre théorème et poème. Les énoncés théorématiques et les énoncés poématiques. Les théorèmes donnant accès à des vérités logiques éventuellement démonstratives, les poèmes produisant ou suscitant des performances affectives par suggestion ou envoûtements. Le théorème énonce un objet qui ne peut qu’être pensé : il est la forme syntaxique de l’intellection seule. Le poème énonce un objet qui ne peut qu’être éprouvé : il est la forme syntaxique de la performativité pure. Pour la raison tactique, une dialectique du poème et du théorème trouve sa synthèse dans un nouveau type d’énoncé. Ces énoncés ne sont nouveaux que pour la philosophie spéculative ou morale. Ces énoncés, sensés articuler linguistiquement le schème que l’enquête sur les multiplicités tactiques découvre, je les appelles des « stratagèmes ». Le stratagème est la forme syntaxique spéciale des énoncés décrivant les multiplicités tactiques que l’usage de la raison tactique met au jour.

L e stratagème est, comme le théorème, non seulement descriptif, mais descriptif parce que vrai. Néanmoins, comme le poème, il est articulé de façon à être performatif au moment de la lecture, au moins par les ressorts de l’imagination seule. Le stratagème est donc dialectiquement une performance vraie ou une vérité performative. Ce qui n’équivaut pas à la performativité d’une vérité indépendante idéalement de ses effets ou à la véridicité accidentelle d’un agencement performatif poétique. Le stratagème énonce une vérité performative en un sens extrêmement ordinaire et simple : un stratagème équivaut à un mode d’emploi – la description d’une discipline ou d’un exercice. C’est pourquoi le stratagème est une forme énonciative existante depuis des millénaires dans les manuels d’arts martiaux ou les livres de cuisine. Le stratagème est le nom

noble conféré à l’usage originaire de l’écriture et du langage : l’usage narratif qui donnait à entendre le récit d’une aventure épique ou banale présentant les péripéties d’un narrateur s’efforçant de s’en sortir. Récits de chasse, contes, épopées autant d’usages originaires du langage orientés vers la transmission des trucs et astuces de la délivrance.

Le monde se présente à la raison tactique comme donnant à saisir des multiplicités tactiques affleurantes au ras des phénomènes et enregistrées linguistiquement sous la forme d’une encyclopédie des stratagèmes. La forme d’exposition des stratagèmes, puisque la fin de cette exposition encyclopédique est le manuel, manuel tactique des luttes matérielles et logiques, sera de part en part géométrique au sens de Spinoza. Ce qui prendra la place des Propositions de l’Éthique, seront les Stratagèmes. Ces Stratagèmes seront théoriquement explicités du point de vue de leurs postulats pratiques et de leurs conséquences intellectuelles dans une sous section appelée Théorème. Le Stratagème et son théorème seront alors non pas démontrés, mais déployés scolastiquement, inscrits dans un débat universitaire théorique, à travers une partie relayant les Démonstrations de Spinoza : la Scolastique. Puis, équivalentes aux Scolies, une partie intitulée Arsenal cherchera à fonder, sur des analyses d’exemples historiques précis, l’usage d’un tel Stratagème. Enfin, une annexe complétera par des schémas ou des images ce qui ne peut être à chaque fois seulement énoncé.

Une page de l’encyclopédie tactique se présente visuellement ainsi (il s’agit d’un exemple) : Partie III, Section II.

Stratagème X Diviser pour régner.

Théorème

Diviser signifie séparer et opposer les adversaires en cherchant à défaire leurs potentielles alliances. ETC…

Scolastique

Dans les débats concernant la conquête et le maintien du pouvoir, Machiavel écrit que….

Arsenal

Hernan Cortès, en 1520, lorsqu’il attaqua l’empire Aztèque, s’était assuré que les chichimèques et autres peuplades mexicas accentuent leur hostilité envers le tlatoani Cuauhtemoc.

Annexes

Carte des divisions opérée par Cortès entre l’empire Aztèque et ses peuples adverses.

Ϡ

Comment comprendre que je parle d’une « Discipline de la raison tactique » et pas, par exemple, d’une critique ? La Discipline, même s’il s’agit, en dernière analyse de l’effet et de la fin de la Critique kantienne de la raison pure, a cela d’immédiatement utile qu’elle enseigne comment manoeuvrer tactiquement avec et contre le langage et ses usages. Par exemple, dans l’usage hypothétique de la raison, Kant montre comment les « hypothèses » ne sont permises dans le champ de la raison pure que comme « armes de guerre ; elles ne servent pas à y fonder un droit, mais seulement à le défendre. » « Armes de plomb » jamais trempées dans l’expérience. La Discipline est peut-être la dernière forme que doit prendre une philosophie qui a pris acte, à l’époque de la relativisation anthropologique de la subjectivité transcendantale, non seulement du caractère aléthurgique des énoncés mais plus encore de l’essence de part en part performative du langage affectant jusqu’à la plasticité du cerveau et les formes d’action-perception. Nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, cherchent à dépasser la critique et le kantisme. Du réalisme spéculatif aux « post-critiques » en passant par la relativisation structurale des ontologies, chacun cherche, à sa manière, à penser autre chose, un quelque chose qui soit débarrassé définitivement de l’objet de la critique, soit : le transcendantal. La tension cardinale des philosophies de fin de siècle s’énonce comme suit : à déployer la Critique nous n’aboutissons qu’à l’explicitation des transcendantaux régissants nos formes de vie, partant nous ne faisons qu’expliciter les plans de la prison dans laquelle notre rapport au monde est toujours déjà construit. La conséquence en serait le relativisme et l’impuissance. Par conséquent, « nous souhaitons » penser autre chose qui nous donne accès à la présence telle qu’elle, ou bien l’Absolu indépendant de l’intellect, ou bien à une écriture productrice d’effets, une écriture opérante et performative.

Par exemple, avec Tiqqun, la tension entre Critique et Performance est dramatisée dans l’opposition entre une « métaphysique critique » qui doit devenir une « Science des dispositifs » et le désir d’une écriture qui puisse produire une intensification dramatique de l’existence. Si la « Science des dispositifs » se présente comme une science du transcendantal technologique des opérations de police (le dispositif), l’écriture même de Tiqqun revendique la puissance de nous ramener à la présence insoumise aux dispositifs. Mais le seul éclat véritablement rédempteur de l’ouvrage est justement ce moment où Tiqqun annonce, avec humour, la formation de la S.A.S.C. ou Société pour l’Avancement de la Science Criminelle. Une telle Société aurait pour tâche non pas de théoriser les dispositifs, non pas de mobiliser les coeurs à l’aide de samizdats politico-poétiques, mais de perfectionner notre savoir technique de l’effraction. Cette idée est vite abandonnée et ne trouve ses éléments qu’en de brefs illuminations tactiques a-systématiques et éparses.

Un autre exemple, cette fois ridicule, est celui des « post-critique ». Les post-critiques énoncent que la critique nous rendrait « bête » et qu’il faudrait, en quelque sorte la dépasser. Le résultat : un article frappé de contradiction performative mettant en oeuvre les tropes linguistiques de la Critique pour en dénoncer l’usage. Un article qui confond Critique et son sens faible adolescent de dénonciation infondée. Un article qui met en oeuvre une pratique narrative- imaginative de la pensée pour nous apprendre qu’il faudrait plutôt que Critiquer, métaboliser. Un texte qui, faute de vouloir « critiquer » (en un sens faible) cherche à construire une morale à travers le « bien dans les choses » que donne à voir l’expérience de la publicité : ici, la faiblesse de la démonstration tient principalement à ce que l’équivocité du terme « bien » et « Bien » y est instrumentalisée plus que conceptualisée. En somme, les post-critiques, mis à part le fait qu’ils ne présentent aucune doctrine cohérente et commune mais bien plutôt une compilation vaine d’articles juxtaposés de manière autiste, n’ont rien de décisivement post-critique. Ce fait dérive justement de ce qu’ils n’ont pas même tenté de nommer positivement l’entreprise « post-critique ». Par ailleurs, on ne voit pas pourquoi construire une alternative au seul usage critique de la raison devrait être inséré dans une chronologie, une succession, un avant et un après. Les usages de la raisons, bien qu’ils naissent à des moments historiques précis, bien que certains d’entre eux (l’usage sophistique des sophistes grecs par exemples) soient aujourd’hui anachroniques, coexistent toujours comme puissance disponibles de l’intellect. L’impasse, donc, des post-critiques tient au fait qu’ils n’ont pas cherché à comprendre qu’une écriture purement « récursive » et « performative » est une écriture qui prescrit des exercices et que l’on ne peut la concevoir que comme un manuel dont la doctrine n’est pas une théorie mais une discipline. Cela vient aussi d’un manque de courage théorique quant à la réforme décisive des concepts fondamentaux de la philosophie. C’est pourquoi le sous-titre de Maints tenants n’est pas « critique de la raison tactique » mais bien « discipline de la raison tactique » : toute écriture engage performativement les structures mentales plastiques du lecteur, toute écriture, en tant qu’elle est de part en part performative, impose et trace à l’intellect des tendances à penser selon ses catégories. Pour le dire avec Spinoza : l’écriture produit des automates spirituels.

Ϡ
« Pour une médecine performative des formes de vie »

Le sous-sous titre définit en général non seulement l’optique mais aussi le sens de la discipline de la raison tactique. Le sens de cette discipline est thérapeutique. Il s’agit d’un essai de médecine autonome, c’est-à-dire l’essai d’une médecine indépendante de toute pharmacopée industrielle, une médecine de la raison. Maints tenants en appelle à la vieille définition de la philosophie comme exercices spirituels et soin du corps et de l’âme, autrement dit, il s’agit d’une éthique médicale du corps martial. « Médecine performative » : puisqu’on postule que le langage, de part en part performatif, sur le modèle du placebo, est capable d’exercer et de discipliner l’intellect et les corps contre les envoûtements du langage même, ses usages autoritaires, ses conséquences psychiatriques (morbidités interprétatives ou hébéphrénique). De cette libération par la raison incarnée en exercices et disciplines se déduit la possibilité de luttes heureuses et victorieuses.

S’il s’agit d’une médecine générale des formes de vie, c’est parce qu’elle part du lisant, du lecteur de l’encyclopédie tactique, l’exerce, afin de le ramener à la communauté. Rendu ainsi plus apte à y vivre délicatement et diplomatiquement, à y structurer les délibérations collectives selon des mécanismes intériorisés d’autodéfense et d’anticipation-conjuration des morbidités linguistiques et des chefs. C’est pourquoi cette médecine doit pouvoir faire du corps l’expression entière de la rationalité tactique et réparer les maux incessant des communautés. La figure du philosophe n’y est plus celle du Juge-Architecte mais celle du Samouraï-Médecin comme mise en scène par Kurosawa dans Barberousse : un sujet apte à réparer et détruire.

Ϡ

Esquisse d’un plan

Première partie. « Discipline de la raison pure tactique ». Section A. L’optimisme radical. Section B. La logique tactique (sophistique, rhétorique, dialectique). Section C. La mnémotechnique, la lecture, la musique et la méditation. Deuxième partie. « Discipline de la raison tactique incarnée ». Section A. Éthique du corps martial. Section B. Éthique du sexe. Kamasutra. Section C. Des régimes. Troisième partie. Analytique des multiplicités tactiques en relation à la politique. Section A. De la sociologie comme manuel. Section B. Classification des logiques de lutte. Quatrième partie. Sur la « forme axiologique de la communauté parfaite ». Section A. Déduction de la communauté pure parfaite. Section B. La communauté n’est pas dans les Idées mais dans les corps. Conclusion. Apologie de la raison tactique.

Introduction : I- Citations ; de la tâche de la philosophie et de ses adversaires contemporains ; définition de maints tenants ; saut de la critique à la discipline tactique ; d’une distinction entre transcendantal et instrumental ; définition de l’objet métaphysique appelé « multiplicité tactique » ; De la géométrie fine ou d’une distinction entre poème, théorème et stratagème ; méthode d’exposition. II- champ du concept d’action votive ; placebo ; de l’optimisme radical

I- Première partie :
Logique tactique ou discipline de la raison pure tactique

II- Deuxième partie :
Médecine tactique ou discipline de la raison tactique incarnée

III- Troisième partie :
Éthique des multiplicités tactiques ou analytique des logiques de lutte

IV- Quatrième partie :
Déduction instrumentale de la communauté pure parfaite ou variations sur quelques formes de vie

adéquates
V- Conclusion : Apologie de la raison tactique *

L’introduction sur l’optimisme radical (II) doit avoir la portée du De deo.
La logique tactique équivaut en situation au De mentis.
La médecine tactique correspond à la « petite physique ».
L’éthique tactique fonctionne, sur le plan politique, comme les trois dernières parties de l’Éthique. Seule la quatrième partie est « kantienne » en ce qu’elle mime la déduction transcendantale dans l’esprit, quoi qu’elle s’en démarque radicalement dans la manière.

La conclusion est un manifeste néo-sceptique et un appel à l’accroissement de l’arsenal.

Envoi

On s’inscrit dans une note de Wittgenstein du Tractatus, un projet imaginé des Recherches et une prétention des Leçons sur l’éthique.

– La note :
« 5.631 Il n’y a pas de sujet de la pensée de la représentation. Si j’écrivais un livre intitulé Le monde tel que je l’ai trouvé, je devrais y faire aussi un rapport sur mon corps, et dire quels membres sont soumis à ma volonté, quels n’y sont pas soumis, etc. Ce qui est en effet une méthode pour isoler le sujet, ou plutôt pour montrer que, en un sens important, il n’y a pas de sujet : car c’est de lui seulement qu’il ne pourrait être question dans ce livre. 5.632 Le sujet n’appartient pas au monde, mais il est une frontière du monde. »

– Le projet :

« §309. Quel est ton but en philosophie ? – Montrer à la mouche comment sortir du piège à mouches. »

– Enfin la prétention :
« Si un homme pouvait écrire un livre sur l’éthique qui fût réellement un livre sur l’éthique, ce livre, comme une explosion, anéantirait tous les livres de ce monde ». ***

Post-scriptum sur la faisabilité d’un tel projet

Les questions sont évidement 1. Quelles sont les sources d’un tel travail ; 2. Quelle est la durée d’une telle entreprise ; 3. Un tel travail peut-il respecter le format doctoral de soutenance ?

1. Les sources, pour chaque partie, sont diverses, mais, en général, faciles d’accès. La « logique tactique », par exemple, s’alimente tout simplement aux avancées de la rhétorique ancienne et contemporaine (des sophistes à Chaïm Perelman). À l’objection de l’ampleur, nous répondons qu’à la différence d’un travail de recherche traditionnel, le but n’est pas l’exhaustivité mais le mode de succession des stratagèmes mêmes de chaque partie. Je ne développe pas ici la méthode mais elle est très simple : méthode chimique de classification périodique, méthode de composition atomistique. Le premier stratagème d’une partie est toujours le plus petit stratagème qui peut, comme un élément, entrer dans la composition de plusieurs autres. Par exemple, pour la logique tactique, le stratagème minimal relatif au langage est celui de l’équivocité des termes. Peut importe le geste rhétorique, cibler l’équivocité du langage entre dans la composition de tout stratagème plus complexe. Ce stratagème est appliqué, par exemple, lors du choix du titre de « Maints tenants » : ici l’équivocité y est utilisée comme une arme de concaténation sémantique, ailleurs elle peut être utilisée comme dénonciation d’une syllepse inaperçue. Pour la partie concernant le corps, la PII, où nous déploieront les stratagèmes martiaux, sexuels et alimentaires de la vie combative et saine, le premier stratagème atomique est fondé sur l’attention et le contrôle du souffle. La manière de respirer est principielle dans l’exercice martial comme dans le rapport sexuel. Etc.

2. La durée. Je me donne deux ans pour rassembler les documents de la première et de la deuxième partie soit : la lecture des sources concernant la rhétorique et l’argumentation et la lecture des sources concernant les arts martiaux, les arts sexuels et la classification des régimes alimentaires. Je me donne deux autres années pour étudier les logiques des luttes politiques à travers les exemples historiques venus de la tradition (récemment : la logique particulière des manifestations émeutières à Hong Kong et leurs transmission). Enfin, il faudra une année supplémentaire pour opérer ce que j’appelle la « déduction instrumentale » de la « forme axiologique suprême de la communauté » (Husserl) à partir des parties précédentes. Ce qui donne un minimum de cinq ans. Il est évident que je ne vais pas me focaliser strictement sur une seule partie. Il est plutôt probable que je vais alterner chaque mois entre construction de la logique tactique, construction de la médecine tactique et construction de l’éthique des multiplicités tactique en relation avec la politique. Seule la « déduction instrumentale » est absolument impossible tant que l’encyclopédie n’est pas achevée, selon notre postulat : des moyens se déduisent les fins.

3. À discuter si je peux soutenir l’une de ces trois parties ou le projet en entier. Je penche pour une soutenance de thèse centrée sur la logique des luttes politiques, soit la troisième partie de Maints tenants. Dans ce cas, il faudra commencer par la logique tactique des luttes en relation à la politique soit ce que j’appelle l’éthique des multiplicités tactiques. Néanmoins, s’il s’avère que soutenir tout le travail achevé est possible ou plutôt non-déconseillé, je le ferais.

Ϡ

PS : Pour des raison personnelles, je ne peux plus travailler que sur ce qui m’est vraiment utile, et aucun travail de pur recherche en archéologie philosophique ou en symptômatologie d’une logique seulement contemporaine des luttes ne peut m’aider. Il est néanmoins évident que des éléments pour de telles entreprises devraient apparaître, sous forme de micro-archéologies philosophiques, dans les sections « Scolastiques » et les « Arsenaux ».

Je vous remercie d’avance pour votre lecture et votre réponse,

Très cordialement,
Blaise Marchandeau Berreby Ut talpa
Ϡ



Citer ce billet
B (2019, 21 novembre). Présentation exotérique à GSB. Maints tenants. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7fn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.