Une science vigoureuse

https://journals.openedition.org/communication/12357

https://doi.org/10.4000/communication.12357

Roselyne Koren, Rhétorique et éthique. Du jugement de valeur. 2019. (recension)

L’ouvrage de RK a pour objectif la défense polémique et l’illustration apologétique d’une forme à part entière de rationalité alternative à la raison théorique : la rationalité axiologique. Qu’est-elle ? La rationalité axiologique est une forme de rationalité dont l’arsenal enveloppe l’ensemble des procédures de la rhétorique argumentative et dont l’objet est la justification verbale, ni fallacieuse ni paralogique, d’une prise de position pour ou contre des valeurs. En somme : la rationalité axiologique établit une forme de rationalité manoeuvrant dans l’espace incertain, « inquiet », du préférable et non du neutre. Défendre l’existence d’une telle forme de rationalité consiste alors à montrer, en déployant des « efforts sisyphiques » (36), l’intrication entre art oratoire et art de vivre, jeux de langage et formes de vie, rhétorique et éthique. Cette intrication impliquant, comme sa métaphysique, une théorie du sujet éthique armé linguistiquement, apte à « garder le contrôle de sa vie à défaut de pouvoir en maîtriser totalement le devenir » (12). Une théorie du sujet que l’on pourrait dire majeur, au sens des Lumières, c’est-à-dire : autonome.

Pourquoi procéder à une telle défense ? Parce que si la tâche est « sisyphique », interminable, elle est rendue nécessaire par la situation contemporaine. Nécessaire pour deux raisons. La première : parce que les valeurs sont tombées en disgrâce, suspectées d’irrationalité ou, pire, d’usage interlopes. Or cette « défiance » est « paradoxale » puisque nous n’avons de cesse de délibérer et de justifier nos choix. La seconde, qui explique la première, tient à ce qu’une hégémonie intenable s’est imposée à l’attitude du chercheur : l’empire de la raison théorique absolutisée. En quoi consiste cet empire ? Il consiste à tracer brutalement une ligne de démarcation militaire entre connaissance descriptive et prise de position axiologique. Il prétend faire du chercheur un sujet en retrait, un « trou dans l’être », capable d’atteindre à une neutralité pure parfaite en refoulant le « militant » hors de ses murs. Il sacralise cette neutralité, sans même voir en elle une prise de position axiologique relative au savoir théorique dont l’adversaire peut exiger des comptes rationnels. Autrement dit : le règne de la rationalité théorique (descriptive et neutre) a pour condition de possibilité sous-jacente une rationalité axiologique seule à même de justifier des choix relatifs à l’allure de la recherche et à l’attitude du chercheur. Ce règne néglige, en outre, les apports des « théories du langage » selon lesquelles le langage n’est pas purement instrumental mais surtout « un mode de vie sociale qui oriente, configure et régule nos rapports à nos choix et aux Autres » (12) et dont la « structure profonde » est « foncièrement arbitraire, symbolique et subjective », trois « traits » qu’il faut considérer comme « intrinsèques » et marquant de leur « sceau » toute prétention à la pure description. C’est en quoi RK affirme l’axiome suivant lequel « la raison théorique ne détient pas le monopole de l’accès au savoir ni de sa définition » (10). Formulé positivement, cet axiome énonce l’existence d’un « régime de rationalité axiologique », la raison pratique linguistique, dont nous pouvons prétendre faire une science vigoureuse.

Une science vigoureuse – et non seulement rigoureuse – puisqu’elle ne peut être dissociée d’un positionnement épistémologique « fervent » (13). Quelle est la stratégie d’une telle offensive contre l’empire ? En une phrase : « Il s’agit d’explorer les tenants et les aboutissants de la rationalité axiologique et de tenter de réfuter les préjugés dont elle est l’objet. » (24) En tant que disciple héritière de la Nouvelle Rhétorique perelmanienne, cela signifie que, d’un côté, il faudra en faire valoir la force éristique contre la posture néo-wéberienne naïve et équivoque de Nathalie Heinich, la posture universaliste habermassienne et les conceptions holistes du sujet. De l’autre, il faudra dégager la spécificité de la Nouvelle rhétorique à travers les positionnements de l’analyse du discours, de la sociolinguistique et des sciences du langage qui s’en rapprochent. Sa tactique principale consistera alors à chercher des « preuves » indiciaires de la rationalité axiologique grâce à des analyses de ce qu’elle appelle la « rhétorique profane » (11) déposée dans les discours publics concernant les valeurs, le terrorisme et le sentiment qu’il existe une justice à deux vitesses.

Le « fief » (41) à défendre de RK a la philosophie morale pour Kampfplatz. Plus précisément : par-delà les éthiques impérieuses à fondations spéculatives, la rhétorique doit pouvoir prétendre se substituer avec succès à la philosophie morale. La rhétorique se présente alors comme l’arsenal technique d’une vision procédurale de l’éthique. La rhétorique est une éthique sans prescriptions a priori. Elle fournit les armes verbales par lesquelles le sujet discursif se rend majeur, c’est-à-dire : autonome. Cette éthique rhétorique n’a pas d’autre axiome que l’acceptation du regard critique a posteriori de l’Autre élevé à la puissance d’un Juge ultime. Néanmoins, l’arène des éthiques procédurales est tenue par un adversaire de taille : la raison communicationnelle d’Habermas et son éthique de la discussion. Pour faire valoir son champion, RK attaque la raison communicationnelle du point de vue de son sujet, de son universalité et de sa valeur primordiale. Habermas a inscrit l’éthique de la discussion dans le collectif. Son sujet, ce n’est pas l’individu, c’est le groupe. L’individu n’est qu’une résultante du groupe. De fait, la fin d’une telle éthique n’est pas la majorité des individus mais l’entende paisible des communautés. Ce « paradigme » holiste « de l’intercompréhension » (30) sacrifie l’aptitude « dissolvante » de la décision individuelle autonome et justifiée pour la Pax Romana de la Raison. Or cette raison a un autre défaut : elle absolutise le langage en le faisant porteur des universaux qui régissent, comme des conditions de possibilité a priori ou des « transcendantaux », l’éthique de la discussion. Négligeant le fait que ce transcendantal est toujours, en fait, porté par l’Autre, l’« auditoire universel » de Perelman, auditoire idéal, imaginaire et, pourtant, situé dans un contexte historique et social, Habermas aurait fétichisé une vieille valeur trop cartésienne : la vérité. La Nouvelle rhétorique, quant à elle, par sa « logique du préférable », lui rétorque l’existence de valeurs essentielles comme le bien ou le juste. Collectif, raison communicationnelle absolutisée et vérité contre autonomie individuelle, auditoire universel situé et justice. La décisive Antigone plutôt que le conciliateur Créon.

On voit alors de ce conflit apparaître les linéaments d’une théorie du sujet qui pourrait être perçue comme «idéaliste». Au nom d’un «individualisme méthodologique» (Boudon), cet «idéalisme» entendrait combattre l’hypothèse holiste selon laquelle le sujet est produit et conditionné du dehors. Le sujet de la rhétorique doit plutôt se faire sujet « libre » dont la liberté n’est pas « arbitraire » mais porte à conséquence. C’est pourquoi, malgré cette liberté, le sujet n’est pas ici souverain et tyrannique, il soumet sa demande à un Autre au regard acéré et critique, non pas à un auditeur passif et subjugué. Les actes de sa liberté sont donc responsables, justifiés et proposés à la réfutation. Il s’agit alors d’une « autonomie relative » qui « dément les thèses du souverainisme de la conception rhétorique argumentative du sujet » (39). Il y a un lien de « coexistence » entre la personne et les actes de l’ « homme rhétorique ». Ces actes correspondant à toute « émanation » de la personne. Ce qui autorise Perelman à dire : « La manière dont [cet homme] juge permet de juger le juge. » (40). Mais ce n’est pas tout. Cette liberté relative à l’Autre a des implications. La visée d’un « auditoire », par exemple, détermine la « force » des arguments et l’attitude du proposant. En fonction des situations particulières les auditoires « particuliers » configurent l’acceptabilité relative des techniques du discours. La « force » d’un argument est mise en équation avec la forme de vie qu’elle affecte. De plus, l’auditoire, chez Perelman, se dédouble en imagination par sa tendance à être fantasmé à travers un auditoire non plus particulier mais « universel ». C’est-à-dire une projection idéale de cet « être de raison » ou « spectre » (Angenot) ou « Autrui généralisé » (Boudon) ou « sur-moi abstrait » (Ducrot) ou encore « instance hypercritique » que devient cet auditoire universalisé. La force d’un argument dépend alors de cette équation entre auditoire situé et auditoire universel. Sur l’attitude du proposant, cette instance intérieure produit un effet psychologique motivationnel. Le proposant veut s’autodépasser sans cesse pour atteindre, par une série d’autocritiques, l’idéal régulateur de ce spectre invisible universel et sur-moïque. Autrement dit : l’éthique du discours perelmanienne enveloppe, comme la suite logique de sa position axiomatique a posteriori de l’auditoire universel, une éthique perfectionniste. L’éthique procédurale qu’arme la rhétorique argumentative est un perfectionnisme situé.



Citer ce billet
B (2019, 18 novembre). Une science vigoureuse. Maints tenants. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7fl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.